Micro-interview avec Lirios Bou

/ aurelien

Présentez-vous en deux lignes

Je m’appelle Lirios Bou, je suis née à Alcoy et j’ai eu l’occasion de faire ma licence aux Beaux-Arts de Valence avec une spécialisation en illustration. Je suis une personne qui aime dessiner et raconter des histoires, surtout lorsque mon public mesure moins d’un mètre :)

Parlez-nous de vos goûts en deux lignes (couleur, chanson, film et plat favoris…)

Je suis heureuse lorsque je reste scotchée sur mon canapé turc, à écouter Misread de Kings of Convenience pendant que je mange n’importe quel truc au fromage, juste avant de regarder Irma la douce, de Billy Wilder.

Quels sont vos centres d’intérêts ? D’où vient votre passion pour l’art ?

Les BD m’intéressent tout particulièrement, surtout quand il s’agit de BD pour enfants qui se retrouvent fièrement dans les bibliothèques pour adultes.

Je pense que ma passion pour l’art (appelez ça comme vous voudrez) est née lorsque les dessins de mon grand-frère ont commencé à me fasciner. A partir de la cela, ça à continuer grâce aux personnes que j’ai rencontré dans ma vie (professeurs, artistes, amis…). Si je ne les avais pas rencontrés je ne serais sûrement pas illustratrice aujourd’hui. Donc merci à eux !

Quel produit aimeriez-vous dessiner pour Camaloon ?

J’adorerais dessiner ces maisons en carton pour enfants. Lorsque j’étais petite j’adorais jouer à faire des cabanes et construire des cachettes secrètes avec mes copines. Pouvoir continuer à faire ça quand on est adulte et en plus être payée pour ça serait génial

D’où vient votre inspiration?

De partout et de nulle part à la fois. J’imagine que n’importe quel petit détail de la vie de tous les jours peut faire que mon imagination crée une histoire : un trou dans la chaussette, le chien du voisin ou une tomate abîmée dans le frigo peuvent facilement devenir des personnages d’une histoire illustrée.

Quel est votre artiste favori – qu’il soit connu ou pas?

Mon artiste préféré est l’illustrateur avec lequel j’ai la chance de partager ma vie: Pau Valls. C’est mon favori en raison de son talent extraordinaire, sa modestie et son don pour donner envie de travailler.

Comment procédez-vous pour créer? (endroit, environnement ?)

Je travaille dans un studio très lumineux qui est juste à côté de ma chambre, à dix pas de mon salon et à douze de ma cuisine, de telle façon que mon environnement de travail soit le plus accueillant possible. Pour être au mieux, la première chose à faire est toujours de choisir la musique adéquate et avoir toujours près de moi un pot de friandises, au cas où l’inspiration ait du mal à venir.

Racontez-nous une anecdote sur vous ou sur votre travail.

J’en ai très peu et je suis à court d’anecdotes. Peut-être parmi celles qu’il me reste, celle qui me tient le plus à cœur fût pendant ma première séance de dédicace (et l’unique jusqu’à maintenant). J’ai publié il y a de cela quelques années deux BD, qui aujourd’hui, avec le recul, j’aimerais faire disparaître de la surface de la Terre. J’ai illustré deux histoires d’un écrivain très connu par les enfants du quartier, j’étais donc entourée de petites personnes me demandant des dessins. Parmi tous ces petits individus un enfant est venu me voir et au lieu de me demander un dessin, il a sorti un cahier et puis s’est mis à dessiner juste à côté de moi. Il m’a dit qu’il faisait des essais parce qu’il voudrait dessiner des histoires quand il serait grand. Je voulais presque l’emporter avec moi en souvenir.


Pour vous, Camaloon c’est quoi?

Pour moi, Camaloon c’est une façon originale de donner accès à l’illustration pour tout le monde à travers des supports qui vont au-delà de l’habituelle planche encadrée.

Posez-vous une question et répondez-y

Je vais me poser la question que je me pose chaque matin lorsque je me lève. Qu’est-ce que va m’offrir le futur ? On ne le saura jamais, alors lève-toi et prépare le petit-déjeuner !

Un dernier commentaire?

Chers ami(e)s, le mot de passe pour que je vois que vous ayez lu entièrement l’interview est : koala soñoliento

Entrez dans la galerie de Lirios

comments powered by Disqus