L'interview exclusive: Marcos Medina

large_large

Marcos Medina, un designer graphique aux influences Japonaises, passionné par la typographie et la calligraphie. Cette passion l'a aujourd'hui orienté dans la confection de stickers muraux pour Camaloon.

Nous avons le plaisir d'interviewer cette grande personnalité rien que pour vous: Un artiste complet, agréable avec un grand sens de l'humour.

Il nous fait part de son expérience et de ses sources d'inspirations.

Découvrez ses designs dans la galerie de Camaloon ICI.

Courte présentation: Je m'appelle Marcos, je suis né à Terrassa. J'habite à Barcelone et je suis un esthète. Ma mère dit que je ne vais pas la voir assez souvent. Elle a raison.

Goûts: J'aime le cinéma (Zack Snyder, Christopher Nolan), la musique (Red Hot Chili Peppers, Foo Fighters) et la Carbonara (avec de la crème et des oeufs). Parfois, çà m'arrive de jouer au ukelele et de chanter. Je ne suis pas un virtuose mais je prends du bon temps.

Personnalité: Ils disent que je suis un peu lourd mais après m'avoir pesé, l'aiguille ne passait pas au dessus de 63 kg! Il parait par ailleurs que mon sens de l'humour est bizarre. Ils ont raison!

Comment décrivez-vous votre travail? Totalement chaotique. Je travaille avec instinct et je ne cherche pas à standardiser.

Quels conseils donneriez-vous pour créer? Copiez les artistes que vous admirez (ou non), essayez de reproduire ce qu'ils ont fait et ensuite, créez votre propre style et vos propres oeuvres. Ce processus m'a toujours servi lorsque je devais commencer à dessiner, écrire, de copier mes référents et les plus grands . Le but? Prendre confiance en soit même. En effet, la plupart des oeuvres se font pas preuve de technique maitrisée mais d'une imagination hors norme, un mélange de bon gôut et d'une bonne composition. Tout ce processus s'apprend à travers votre oeil analytique qui se développe au cours des années.

Centre d'intérêts & passion pour l'art... La calligraphie m'enthousiasme! je passe mon temps à feuilleter des livres en cherchant des calligraphes, des graffeurs et autres artistes qui jouent ou dessinent des lettres. Les mots écris peuvent être des merveilles, et exprimer bien plus de concepts que l'on imagine. Choisir une typographie, c'est choisir la voix du message et avec la calligraphie vous avez l'opportunité d'illustrer de façon unique un message tout en changeant à chaque lettre le ton, le contexte et l'intensité.

Ma passion pour l'illustration se convertit en passion pour le design avec le temps et les passions pour la typographie et la calligraphie viennent de mon père et des BD de Capitaine Trueno qu'il avait (J'avais découvert ensuite; Jabato, Tintin, Lucky Luke...). Par ailleurs, j'étais fan des dessins animés des programmes de TV Espagnols au cours des années 90 comme Capitaine Tsubasa, Dragon Ball Z, Dr. Slump, Doraemon, Musculman... juste des bombardements d'images et de couleurs qui laissaient mon cerveau imaginer le monde d'une autre façon.

Depuis quand, l'art vous intéresse? Depuis que je suis tout petit. Mon père était un passionné de peinture bien que je ne l'ai jamais vu peindre, seulement dessiner.

D'où vient votre folle inspiration? Des livres de calligraphie, des affiches d'anciennes boutiques que j'avais l'habitude d'observer, des tableaux de bar écrits avec amour et style. Et forcément d'internet! Je regarde beaucoup de vidéos de gens dessinant des lettres. Ca me permet de voir le processus de création; comment est-ce qu'ils inclinent la main, quels type d'outils ils utilisent, ancre? Acrylique? Pinceau?Spray?

Quel est ton artiste préféré? J'aime beaucoup les films de Zack Snydder, les scénarios ne sont pas fou mais la narration visuelle et la beauté de chaque film comme Watchmen ou 300 sont impressionnantes. Adapter un roman graphique est très difficile. J'oubliais Robert Rodriguez avec Sin city. Je le considère comme aliment pour mes yeux.

Comment créez-vous? Je m'assois dans une chaise chez moi ou je m'allonge sur le lit (le résultat n'est pas garanti). Normalement, quand je suis tranquille et serein, je m'assois proche de la fenêtre, qui donne directement sur la rue. Je fais des esquisses plus ou moins rapidement, jusqu'à ce que quelque chose me plaise, le rythme de la lettre, la ligne de base imaginaire et la forme du trait. Et à partir de là, je continue avec encore plus de calme avec des dimensions plus grandes jusqu'à entière satisfaction.

Un dernier commentaire? Soyez heureux et mangez des perdrix. Si vous êtes végétariens, mangez du tofu.

medium_Sin_t_tulo-1
Un grand merci à Marcos Medina pour toutes ces réponses!
comments powered by Disqus