Micro-Entretien avec Judit Maldonado

/ tatiana

artiste-judit-maldonado

Présente-toi en deux lignes

Judit, 21 ans, je suis illustratrice et dessinatrice graphique. Passionnée par l’art, les animaux et je passe mon temps à réfléchir 24h par jour.

Parle-nous de ce que tu aimes en deux lignes (en matière de cuisine, chanson, films, nourriture, etc.)

Je suis amoureuse de la couleur blanche, des couleurs neutres et la dimension que produit la couleur noire, j’aime le rock alternatif et les symphonies classiques. J’aime les films comiques ou qui font réfléchir mais pas ceux qui font peur. J’aime que la nourriture soit bonne et que l’animal n’ait pas souffert.

Quels sont tes centres d’intérêts ? D’où provient ta passion pour l’art ?

Depuis que je suis enfant, je me rappelle avoir toujours été avec un crayon ou un stylo dans la main, et plus tard j’ai commencé à m’intéresser au monde du dessin graphique. Disons que mon amour pour l’art n’est pas un héritage familial (nous pouvons le dire, il y a toujours un mouton noir dans chaque famille).

Quel produit aimerais-tu dessiner pour Camaloon ?

Des étuis et des autocollants pour téléphones et tablettes, des T-shirts

D’où puises-tu ton inspiration ?

De tout ce qu’il se passe dans ma vie tous les jours, de la nature, d’une humeur, d’une pensée ou même d’une chanson.

Qui serait ton artiste préféré – qu’il soit connu ou pas ?

J’aime beaucoup l’expressivité de Vuk Jevremovik, l’hyper réalisme d’Alyssa Monks et la spontanéité des esquisses de David Hockney, pour en mentionner quelques-uns.

Comment procèdes-tu pour créer ? (lieu, environnement ?)

Je change beaucoup durant le processus de création. Il est possible que ce soit quelque chose de rapide et que je prenne un carnet ou un papier et à partir de là je réalise mon esquisse et je peux même parfois réaliser quelque chose de plus travaillé. Je peux également, et c’est ce que je fais la plupart du temps, dessiner l’idée (sans y passer plus de deux minutes) et ensuite je recherche à l’élaborer, et je passe plusieurs moments indéfinis jusqu’à ce que le résultat ne me convainque.

Raconte-nous une anecdote sur toi ou passée à ton travail

Je me rappelle très bien le moment où j’ai commencé à illustrer la couverture du magazine Yorokobu pour son concours, je m’entraînais à dessiner des scarabées. J’étais enfermée dans ma chambre, ma tante était alors de visite chez nous et a demandé comment j’allais : ma mère lui a répondu que j’étais en train de dessiner des cafards… Finalement mes « cafards » ont remporté le concours.

Pour toi, que représente Camaloon ?

C’est une bonne opportunité pour diffuser mon travail et que les gens qui aiment ce que je fais puissent acquérir mes œuvres et les retrouver dans leur vie au travers d’objets du quotidien.

Un dernier commentaire ?

Quoi que tu fasses, fais-le avec passion.

artiste-judith-maldonado

comments powered by Disqus